Flash News

Travaux de construction de la route Maradi -Madarounfa : déclaration de l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale a fait une déclaration à la suite de l’interpellation (samedi 21 avril 2018) du ministre de l’Equipement par le député Mamane Sani Laouali sur l’exécution des travaux de construction de la Route Maradi -Madarounfa – frontière du Nigeria et de la voirie de Maradi Kolliya. Dans cette déclaration, les députés recommandent au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires dans les meilleurs délais en vue de la reprise et du parachèvement des travaux suspendus.


Suite à l’interpellation du Ministre chargé de l’Equipement par l’Honorable Député MAMANE SANI LAOUALI relative à l’exécution des travaux de construction de la Route Maradi -Madarounfa – frontière du Nigeria et de la voirie de Maradi Kolliya, l’Assemblée Nationale a entendu le Ministre chargé de l’équipement en sa séance plénière du Samedi 21 avril 2018.

L’interpellation a porté sur les questions suivantes :
1- Quel est le coût global de la route Maradi – Madarounfa -frontière du Nigeria (financement des partenaires et fonds propres de l’Etat) ?
2- Quel est à cette date, le montant des paiements des avances et acomptes reçus sur fonds propres de l’Etat et sur financement extérieur ?
3- Quel est le délai d’exécution des travaux ainsi que le taux d’exécution physique ?
4- Quelles sont les véritables raisons du blocage constaté?
5- Ce retard n’a-t-il pas eu d’effets négatifs sur le financement extérieur de ce projet?
6- Selon vous, à quelle date peut-on espérer la reprise des travaux ?
7- Quelle est la situation exacte des travaux de bitumage de Maradi Kolliya ?
8- Quelles dispositions comptez-vou prendre pour la finalisation de ces travaux de Maradi Kolliya ?

Au vu des réponses fournies par le Ministre et à l’issue du débat qui s’en est suivi, l’Assemblée Nationale formule les recommandations ci-après :
-Considérant que le désenclavement routier est une solution pour faciliter la circulation des personnes et de leurs biens ;
-Considérant le rôle des infrastructures routières dans le développement économique et social d’un pays;
-Considérant que les infrastructures routières contribuent à assurer la sécurité et la quiétude des populations ;
-Considérant que les infrastructures routières constituent un levier de développement par ses effets sur la croissance et son rôle de facilitation des échanges.

L’Assemblée nationale :
-Soucieuse de son rôle d’informer le peuple et de préserver ses intérêts ;
-Prenant acte de la détermination et la volonté du Gouvernement à intensifier le réseau routier dans le seul intérêt du Niger et de son peuple ;
-Consciente de son rôle d’avant-garde dans la promotion du bien-être des populations;
-Engagée à s’assurer de la résolution du problème de communication routière entre les différentes contrées du Niger ;
-Préoccupée par la nécessité de veiller à la construction et à l’entretien des infrastructures routières ;
-Préoccupée par la suspension prolongée des travaux de la route Maradi- Madarounfa -Frontière du Nigeria ainsi que Maradi Kolliya ;
-Soucieuse de l’utilisation rationnelle des ressources importantes mobilisées pour la réalisation des infrastructures routières

Recommande au gouvernement de :
1. Prendre les dispositions nécessaires dans les meilleurs délais en vue de la reprise et du parachèvement des travaux de construction de la route Maradi – Madarounfa – frontière du Nigeria en particulier, et en général toutes les routes dont les travaux ont été suspendus ;
2. Reprendre et finaliser les travaux de la voirie de Maradi Kolliya dans les meilleurs délais en particulier et en général toutes les voiries des communes se trouvant dans une situation similaire ;
3. Prendre les dispositions urgentes en vue de débloquer les fonds nécessaires pour dédommager les populations impactées conformément aux textes en vigueur;
4. Veiller au respect scrupuleux des règles et procédures de passation des marchés publics ainsi que des dispositions contractuelles ;
5. Veiller à l’entretien régulier du réseau routier ;
6. Poursuivre et renforcer la construction des pistes rurales et la réhabilitation de celles existantes afin de désenclaver les villages et développer leurs activités ;

Par ailleurs, au regard du débat qui s’en est suivi lors de l’interpellation du Ministre chargé de l’Equipement et conformément à l’article 90 de la Constitution du 25 novembre 2010, la Commission des Affaires Economiques et du Plan envisage une visite de terrain sur les chantiers en souffrance, objet de l’interpellation :
– La route Maradi – Madarounfa – Frontière du Nigeria ;
– La voirie de Maradi Kolliya ».

Fait à Niamey
L’Assemblée nationale

IciNiger avec Le Sahel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1