Flash News

Au Niger le Budget National pour l’année 2019 s’élève à 2.050 milliards de francs CFA

La loi des finances pour l’année 2019 a été votée par Les députés réunis plénière le vendredi 07 décembre 2018, sous la présidence de Ousseini Tinni, président de l’institution.

Arrêté en recettes et en dépenses à 2050,76 milliards de francs CFA, le budget 2019 de l’Etat a connu une hausse de 78,79 milliards par rapport à celui de 2018 qui était de 1.971,97 milliards de nos francs, soit une augmentation de l’ordre de 4% en valeur relative.
Ainsi les prévisions des recettes budgétaires de l’Etat pour l’année 2019 se chiffrent à quelque 1.581.808.604.384 francs CFA pour des dépenses évaluées, quant à elles, à 1.834.343.330.636 francs CFA.
Ce budget est reparti entre autres domaines tels les institutions de la république qui reçoivent 7,67%, la sécurité 14,39%, le développement rural et la sécurité alimentaire 16,92%, l’éducation nationale 20,49%, la santé 10,16%, les infrastructures qui constituent les bases du développement 16,98%.
Notons qu’après la présentation du rapport général de la commission des finances s’en est suivi le débat général et l’adoption article par article de cette loi des finances qui n’a pas suscité autant d’engouement et de virulence des propos entre députés, à l’exception des points liés au rétablissement de la TATIE et le compte unique pour lesquels le Ministre des finances Hassoumi Massaoudou a apporté des précisions. La loi des finances 2019 a été votée à 129 voix pour, 33 contre et 2 abstentions.
Après ce vote, le commissaire du gouvernement, le Ministre des finances Hassoumi Massaoudou a pris la parole pour remercier la commission des finances et les députés ayant voté en faveur de cette loi.
‘’En votant cette loi des finances, vous venez de donner au gouvernement un instrument lui permettant de mener sa politique et de poursuivre ses chantiers. Ce budget permet aussi de poursuivre un niveau d’investissement très élevé pour lequel plus de la moitié du budget est affectée. Nous poursuivons également le renforcement du service public, la sécurisation de notre pays, et en fin ce budget permet de faire face au choc climatique’’ a-t-il conclu.
Rappelons que le budget 2018 qui s’achève le 31 décembre prochain, a fait l’objet de contestation d’une partie de la société civile nigérienne qui l’accuse d’aggraver les souffrances du peuple.
Avec ANP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1