Flash News

1er Symposium de Cardiologie : Les facteurs de risques cardiovasculaires au centre de la rencontre


Le Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini a présidé vendredi dernier la cérémonie d’ouverture du 1er Symposium de cardiologie sur les facteurs de risque cardiovasculaire organisé par la Société nigérienne de cardiologie. C’était en présence des membres du gouvernement, du président de la Société nigérienne de cardiologie Pr. Touré Ali Ibrahim, et des invités venus de la sous région.

Dans son intervention, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini a d’abord indiqué que les maladies chroniques non transmissibles prennent aujourd’hui de l’ampleur. Elles constituent une menace majeur pour la population mondiale notamment celle des pays en développement a-t-il précisé. D’après le président de la Société nigérienne de cardiologie Pr. Touré Ali Ibrahim, les maladies cardiovasculaires constituent un lourd fardeau pour tous les pays, mais particulièrement pour les nôtres. En effet, il a précis qu’à la forte prévalence des facteurs de risque tels que l’hypertension artérielle, le diabète, le stress permanent de la vie quotidienne dans un pays où il y a trop de besoins et peu de moyens, le tabagisme, l’obésité, la goutte, la sédentarité (manque d’activités physiques régulières), s’ajoutent surtout le coût élevé de la prise en charge de ces maladies cardiovasculaires.

Le président de la Société nigérienne de cardiologie a par ailleurs noté que tous ces facteurs sont en nette progression dans nos pays africains qui y font directement face avec des cas de morts très prématurées, des handicaps, des mutilations, des morts subites qui n’épargnent aucune couche de nos populations y compris les médecins eux-mêmes. Pour répondre à cette situation, la Faculté de médecine est en train de former des cardiologues qui seront disponibles d’ici 2019. Pr. Touré Ali Ibrahim a mis a profit cette cérémonie pour demander au Premier ministre d’accompagner cette formation des cardiologues à travers l’appui par des bourses de formation complémentaire pour mieux couvrir les besoins en santé cardiologique de nos populations.
IciNiger avec ONEP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1