Flash News

Niger : Le G5 Sahel au coeur de la visite de Le Drian chez Issoufou

Le Drian plaide pour le financement de la force du G5 Sahel

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian vient d’achever une mission de travail de 24 heures à Niamey au Niger.

Au cœur de ces échanges avec le président nigérien Mahamadou Issoufou, la force conjointe du G5 Sahel. Prévue pour démarrer ses activités d’ici à la fin octobre, elle attend  toujours le financement qui devrait assurer son fonctionnement.

La force du G5 Sahel opérationnelle sans financement ?

La visite de Jean-Yves Le Drian au poste de commandement du secteur centre de la force du G5 Sahel à Niamey n’aura finalement rien changé à ses soucis financiers. Pourtant, la première opération de cette force devrait se tenir à la fin de ce mois. La France, partenaire principal du G5 Sahel, n’est cependant plus disposée à investir la somme initiale. Évaluer à 450 millions d’euros par an, Paris vient de revoir à la baise la facture de cette force antiterroriste. 250 millions d’euros, c’est le nouveau montant proposé par les Autorités françaises. Il faut toutefois préciser que cet argent n’est toujours pas disponible. La force conjointe du G5 sahel aura un effectif de 5000 hommes qui viendront s’ajouter aux 4000 éléments de la force française Barkhane.

”Je suis convaincu que la mise en œuvre de cette force conjointe sera une bonne réponse aux questions sécuritaires” a assuré Yves Le Drian en visite à Niamey. ”C’est ce que nous allons valider au Conseil de sécurité” a-t-il poursuivi.

Pour l’instant, rien n’est sûr. La visite du ministre français a permis de constater les fortes attentes. Les locaux censés accueillir la force ne sont toujours pas prêts et le matériel pour la Direction de coopération de sécurité et de défense (DCSD) toujours pas disponible. Même si des assurances ont été données par le locataire du Quai d’Orsay, des inquiétudes demeurent tout de même.

L’ambassadeur français à l’ONU François Delattre a envisagé un financement de la part de l’organisation mondiale même si sur la question, les États-Unis restent réticents. Lundi, tout en déclarant que « cette menace terroriste nous concerne tous », il a annoncé une visite du Conseil de sécurité de l’ONU « du 19 au 23 octobre en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso ».

La France qui assurera la présidence tournante du Conseil de sécurité de l’ONU dans ce mois d’octobre pourrait sans doute faire bouger les choses, et le G5 Sahel jusque-là dans l’impasse pourrait être enfin opérationnelle.

 

IciNiger avec AfriqueSur7 et BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1