Flash News

Nigelec : le groupe sera retourné à Agadez au plus tard le 25 février 2019, selon le DG Alassane Halid dans un point de presse.

Depuis quelques jours circulent des informations selon lesquelles le groupe électrogène de la Nigelec, à Agadez, a été déplacé par cette société pour laisser les populations sans électricité.

Selon les mêmes informations, les populations se sont mobilisées pour empêcher le transfert de ce groupe. Relativement à cette situation, le Directeur Général de la Nigelec, M. Alassane Halid a animé hier lundi 28 janvier, un point de presse. Au cours duquel, il a décliné les raisons du transport du groupe à Niamey et annoncé la date de sa réinstallation à Agadez.

Selon M. Halid, la Nigelec, dans l’exercice de sa mission et de ses activités, devrait récupérer un groupe en panne, de 1.000 Kv de la centrale électrique d’Agadez, pour le transférer à son atelier central de Niamey en vue de le dépanner et le ramener à Agadez après avoir été utilisé, pour deux (2) semaines, pour appuyer le Stade Général Seyni Kountché, dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 20ans (CAN-U20), qui se déroulera du 2 au 17 février prochains. « Nous envisageons de ramener ce groupe à Agadez, au plus tard en fin février 2019. Nous avons donc été extrêmement surpris de voir que quand nous avons chargé le groupe, nous avons été envahis par la population d’Agadez, qui est venue subitement, encercler la centrale de la Nigelec, pour dire que le groupe ne quittera pas. Nous avons porté l’information aux autorités. Au niveau de la ministre de l’Energie, celui de l’Intérieur et même du Premier ministre. Ils nous ont dit qu’ils allaient intercéder, et nous avaient reproché de n’avoir pas fait un minimum de communication », a dit M. Alassane Halid.
« Pour nous, à la Nigelec, le déplacement de groupe est une activité quotidienne. Moi-même qui suis le Directeur Général, les services qui s’en occupent ne m’en informent même pas. Ici, déplacer un groupe en panne, ou un groupe dont la puissance est limitée pour le ramener dans une autre localité, c’est quelque chose que nous faisons au quotidien », a-t-il rappelé. « A Agadez, après vérification, nous avons constaté, qu’en réalité il y a eu des appels, inadmissibles, à l’insurrection sur les réseaux sociaux. Ces appels en provenance des activistes de la société civile mais surtout et le plus grave, il y a eu ceux des élus de la localité d’Agadez, y compris le maire lui-même. Qui a lancé des appels du genre, je cite : ”il est temps d’arrêter le dépouillement des citoyens d’Agadez. La population et les élus d’Agadez doivent s’assumer pour arrêter de telles spoliations. Il n’est pas question pour nous que ce groupe sorte de la ville d’Agadez”. Fin de citation. C’est comme si le groupe appartenait à la ville d’Agadez », s’indigne le Directeur Général de la Nigelec.

Des projets en cours pour éclairer les quartiers et les villages environnants

Le Directeur général de la Nigelec a évoqué les différents chantiers en cours de réalisations pour l’électrification de la région d’Agadez. « Nous venons de finir l’exécution d’un projet, où nous avons fait des extensions de réseaux dans douze (12) quartiers d’Agadez. Il s’agit des quartiers Toudou, Obitara, Douane, Azine I, Azine II, Zone Lycée, Zone Château, Marché de bétail, Tagamanett, Pays-bas, Missirata, Ex-Mairie. Les populations savent et elles voient que les poteaux sont là devant leurs maisons. Actuellement, nous sommes en train de préparer les compteurs, nous allons par la suite les envoyer et procéder à des branchements promotionnels. Le maire d’Agadez sera plus inspiré d’aller dans ces différents quartiers pour visiter ces réalisations et infrastructures, exprimer sa reconnaissance envers ce gouvernement qui est en train de faire tous ces travaux, au lieu d’aller dans des agitations » a déclaré M. Alassane Halid. « Il semblerait qu’il est même en dehors du territoire national, il se trouverait quelque part en Europe. C’est même à partir de là-bas qu’il est en train de lancer de telles choses », a dénoncé M. Halid. Pour le DG de la Nigelec, cet élu a d’abord défié l’Etat. En plus, il expose sa population, de façon totalement gratuite et insidieuse. ”Il n’est pas dans mes habitudes de parler comme çà des gens mais ce que ce maire a fait est vraiment inacceptable. C’est une entrave à l’exercice des activités de la Nigelec. La Nigelec est une société d’Etat, qui l’a créé et à qui il a confié le monopole du service public”, a rappelé Alassane Halid. Pour lui, ce qui importe pour la population c’est d’avoir la continuité du service de l’électricité. « Quand il y a des coupures de longue durée, sur des jours, nous sommes habitués que les populations manifestent un tout petit peu, fassent de setting, histoire de mettre la pression sur la Nigelec, pour qu’elle trouve des solutions. Mais dans le cas d’espèce l’électricité est là. Le groupe en question est en panne depuis trois (3) mois. La preuve, le groupe a quitté Agadez mais cette ville a toujours l’électricité. Même si la ville d’Agadez devait être coupée, le groupe ne couvre même pas le dixième (1/10ème) des besoins de cette ville. Il faut donc que la population le comprenne », estime-t-il.

La Nigelec est en train de mobiliser des financements pour couvrir d’autres quartiers en électricité

« Nous sommes également en train de mobiliser d’autres financement pour couvrir les autres quartiers comme : Serfa, Tégamat, PAM, GTZ mais aussi électrifier les villages qui sont à côté comme celui de Kidimitane, celui de Kargougou. Donc la Nigelec est constamment aux côtés des populations d’Agadez, comme elle l’est d’ailleurs aux côtés de toutes les populations du Niger », a dit M. Halid. Ce gouvernement a mobilisé de nombreux financements dans le cadre de l’électrification de nos cités, a-t-il souligné. En 2018, soixante-dix (70) nouvelles localités ont pu être électrifiées. « Nous sommes présents dans tous les Chefs-lieux des communes et les maires peuvent constater que leurs villes, leurs quartiers sont désormais électrifiés. D’ailleurs, même ici à Niamey, dans tous les quartiers vous constatez des poteaux qui viennent vous trouver chez vous, sans que vous alliez faire la demande », se réjouit-il. « Je pense que les populations d’Agadez doivent comprendre cela. Même si on devait récupérer un groupe à Agadez, pour venir secourir une autre localité, rien qu’au nom de la solidarité nationale, les populations d’Agadez, devraient l’accepter volontiers. Elles ont une alimentation stable, et que ce groupe n’intervient qu’en cas de besoin. S’il y a une urgence quelque part, dans une localité du Niger, c’est tout à fait normale que la Nigelec prenne le groupe et qu’elle aille secourir cette localité. Mais dans le cas d’espèce ce n’est même pas cela, c’est un groupe qui est en panne. Et on doit l’amener à l’atelier pour le réparer. Et nous avons dit que nous allons le réparer et l’utiliser juste durant deux semaines, histoire de voir si la réparation a réussi mais aussi de le roder après cette réparation », rassure-t-il. Aussi, le DG de la Nigelec a regretté cette situation qui suscite des tapages. « C’est dommage ! car cette ville historique est reconnue de par le monde, pour son histoire légendaire, pour ses atouts touristiques. Aujourd’hui dès que vous tapez un lien sur Agadez, on annonce que la population se soulève pour un groupe électrogène. Il faut que la population revienne à la sérénité » a-t-il ajouté. « Je leur promets, de vive voix, que ce groupe sera rapatrié à Agadez, au plus tard, le 25 février 2019. Il sera installé à la centrale électrique d’Agadez. Nous allons le faire, pas parce que ce maire nous a menacé mais parce que c’est cela notre programmation » a promis M. Alassane Halid.

Avec ONEP (Mahamadou Diallo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1