Flash News

Inauguration du siège de l’ONG SOS Cancer : une contribution dans la lutte contre la maladie au Niger

L’ONG SOS Cancer, œuvrant dans la lutte contre le cancer au Niger, a désormais son siège à Niamey, au quartier Koubia.

Le bâtiment est destiné à servir de pôle d’écoute, de dépistage, de formation, et de sensibilisation sur le cancer; afin de le prévenir, de le découvrir précocement pour accroitre les chances de son traitement et sa guérison.

La cérémonie officielle de l’inauguration a eu lieu dans la matinée du mardi 27 novembre 2018, sous le parrainage de M. Ismagil Annar, directeur de cabinet du ministre de la santé publique.

Le siège de l’ONG SOS Cancer est construit grâce à un financement d’environ 35 millions de FCFA, alloué par la fondation UbiPharm, sur un terrain de 600m2 offert par deux femmes nigériennes. Le bâtiment entièrement équipé par la fondation suisse Philia comprend: un hall d’accueil, une salle de réunion et de conférence, deux salles de dépistage, une salle de prise charge des lésions précancéreuses, un bureau de la direction et une salle de repos.

Prenant la parole, au moment solennel de l’inauguration, la présidente de l’ONG SOS Cancer, Dr. Dillé Issimouha a d’abord exprimé ses sentiments de satisfaction suite à la réalisation de ce siège. C’est un acquis issu des soutiens symboliques de plusieurs acteurs, auxquels elle a rendu un hommage à cette occasion. « Nous avons voulu créer un cadre permanent et durable, où les femmes peuvent venir confier leurs problèmes vis-à-vis du cancer, nous venons de concrétiser cette ambition », a-t-elle dit. Ensuite elle a tenu à rappeler le contexte d’action de l’ONG existante depuis 2012. Au Niger, selon Dr. Dillé, le cancer du sein est le cas le plus fréquent, équivalent à 32 pour 100 000 femmes, celui du col et le deuxième avec 15 pour 100 000 femmes et le cancer du foie avec un chiffre de 9 pour 100 000 femmes. Elle a indiqué que, ce qui est inquiétant c’est la déclaration tardive de la maladie, provocant ainsi des morts évitables. La présidente de l’ONG a soutenu que « 28 sur 32 cas ne sont déclarés que lorsqu’ils atteignent le stade dépassé. Et, ce sont ces images choquantes auxquelles on assiste souvent. Généralement, la population considère le cancer comme une sentence de mort, or s’il est déclaré et traité très tôt, il peut être soigné ». A cet effet, a-t-elle expliqué, l’ONG tâche d’élargir l’accès au contrôle du cancer. De sa création à la date d’hier, d’après Dr. Dillé, SOS Cancer a dépisté plus 8 000 femmes à travers l’ensemble du pays.
Avec ce nouveau siège, pour Mme Juliette Egnankou, présidente de la fondation UbiPharm, il est offert un cadre adéquat, propice à la sensibilisation, au dépistage et au suivi des patients. Il faut retenir que la fondation UbiPharm est un regroupement de pharmaciens d’Afrique et des Dom, crée en 1991. Dans ce type d’action communautaire, la fondation n’est pas à sa première action. Chacun des pays membres du groupe, selon Mme Juliette, a pu bénéficier au moins une fois du don de la fondation. Cet engagement sociétal, précise le PCA d’UbiPharm Niger, Dr. Seydou Najada, cadre avec les objectifs du plan de développement social 2017-2021.sos-canser
Par cette action, c’est un appui symbolique que vient de manifester la fondation UbiPharm à la politique du gouvernement, en matière de lutte contre le cancer. « Cela vient renforcer les perspectives amorcées par le ministère de la santé publique, consistant à la mise en place d’un système de santé accessible à l’ensemble de la population et capable de fournir des soins de qualité », a déclaré M. Ismagil Annar, directeur de cabinet du ministre de la santé publique. Cependant, il a soutenu que, la question de pérennité et d’appropriation de l’action doivent être au cœur de la réussite de ce projet. Ainsi, il a rassuré que le ministère en charge de la santé ne manégera aucun effort afin d’accompagner les acteurs pour le bon usage de l’édifice. Par ailleurs, le directeur de cabinet a indiqué que, c’est dans l’optique de réduire le taux de cancer, au Niger, que le gouvernement, en partenariat avec l’agence internationale de l’énergie atomique a enclenché la construction du centre national de lutte contre le cancer. Il a ajouté que les activités de chimiothérapie de ce centre ont démarré depuis le mois d’Octobre 2017.
M. Ismagil Annar a encouragé l’ensemble des acteurs et animateurs des structures organisées, pour une sensibilisation visant à protéger la population contre le cancer. Surtout que 30% des décès par cancer sont évitables, à travers l’accès au dépistage permettant de traiter la maladie avant ses complications.

Avec Le Sahel (Mahamane Chékaré
Ismaël, stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1