Flash News

Ouverture à Niamey au Niger du 13ème atelier de la ligue des Oulémas, prêcheurs et imams du sahel

La Ligue des Oulémas, prêcheurs, imams du Sahel (LOPIS) a organisé en collaboration avec l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL), ce jeudi 25 novembre 2021 à l’hôtel Radisson Bleu de Niamey, son 13ème atelier placé sous le thème  «le rôle de la femme dans la prévention  de la radicalisation et l’extrémisme religieux».

L’objectif de cette rencontre de deux jours est de mener des réflexions constructives sur la thématique avec des recommandations fortes dont la mise en œuvre permettra aux Etats de la région de renforcer davantage l’implication des femmes dans la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

En Ouvrant les travaux, le Directeur des cultes, représentant le ministre en charge de l’intérieur et des affaires religieuses du Niger, Dr. Zaneidou Ousmane a rappelé que ‘’les phénomènes de la radicalisation et de l’extrémisme violent sont complexes, différents d’une région  à une autre et appellent des réponses spécifiques à chaque contexte’’.

Selon  le directeur des cultes, ‘’les femmes demeurent une couche, certes, vulnérable mais dont le statut de stabilisateur, en matière de médiation et de résolution des conflits, est communément reconnu’’.

Zaneidou Ousmane d’expliquer par la suite qu’il est établi qu’en matière d’impacts sociaux des conflits en Afrique et particulièrement dans la région du Sahel et du lac Tchad, que ‘’la dimension genre est rarement prise en compte dans les processus de médiation  et de résolution des conflits’’.

Après avoir fait remarquer que l’effectif des femmes dans les rangs des terroristes, le représentant du ministre en charge des affaires religieuses de suggérer que ‘’cette situation devrait être au contraire exploitée et mobilisée au bénéfice des opérations de maintien et de rétablissement de paix d’où la nécessité de les inclure pleinement’’.

Dr. Zaneidou Ousmane a ajouté qu’à l’instar des autres pays membres du G5 Sahel , où les femmes et les jeunes sont particulièrement les cibles privilégiées des phénomènes de la radicalisation et de l’extrémisme violent , ‘’le Niger, sous la clairvoyance des autorités, s’est résolument engagé à encourager l’intégration du genre et des droits humains dans toutes les actions du G5 Sahel , d’où la mise en place officielle en octobre 2018, de la plateforme des femmes du G5 Sahel’’.

Ladite plateforme, a-t-il noté, a pour mission principale ‘’le renforcement du rôle des femmes dans la mise en œuvre des stratégies  et initiatives régionales et internationales en matière de paix, sécurité et de développement’’.

Auparavant, plusieurs orateurs sont intervenus notamment le représentant  de la Ligue pour le Niger, Cheick Ibrahim Moussa Souleymane qui a dans son mot de bienvenue rappelé l’interdiction de l’extrémisme violent et le terrorisme  qui sont ‘’bannis par toutes les religions monothéistes ainsi que par l’islam et qu’ils sont  interdits dans plus d’un texte cornique et prophétique’’.

Pour sa part, le Secrétaire général de la ligue, Dr. LeKhlemissi  Bezaz  a fait comprendre que pour que la femme  puisse jouer pleinement son rôle dans la prévention contre le phénomène de la violence, il est  impératif de lui donner ‘’les moyens matériels et moraux’’, et ‘’nous devons nous inspirer de toutes les expériences qu’a connues la région et le monde, et c’est pourquoi, nous multiplions nos rencontres qui tentent de capitaliser certaines des expériences qui ont été couronnées de succès’’.

Quant au coordonateur de l’UFL, M. Soufiane Bounoua a, dans son intervention, souligné que ‘’les femmes peuvent en effet jouer un rôle crucial dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme, en défendant une interprétation modérée des enseignements religieux au sein de leurs communautés et en protégeant leurs sociétés et les membres de leurs familles de toute déviance religieuse’’.

Le représentant du président de la ligue, Cheick Kounta a tout d’abord mentionné qu’en quelques  années d’existence remarquable, ‘’le travail de la ligue a porté sur plusieurs thèmes en lien avec l’extrémisme violent’’, avant de révéler que ‘’cet atelier encourage et célèbre aujourd’hui et toujours  les efforts des nombreuses femmes qui s’affirment dans le combat  contre toutes  les formes de radicalisation, le premier pas vers l’extrémisme violent’’.

D’après lui, ‘’le rôle des femmes est prépondérant comme, auteur, victime et agent de changement contre l’extrémisme violent’’.

Avec ANP

A propos iciniger

Journal en ligne d'informations générales sur le Niger Contact :Site web | Facebook | Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1