Flash News

Crise du logement au Niger : à quand le bout du tunnel ?

Dans la plupart des grandes villes du Niger et particulièrement dans la capitale Niamey, les habitants font face à la cherté de la location du logement du fait que l’offre est insuffisante par rapport à la demande.

Devant cette « crise du logement », des sociétés immobilières (SONUCI, SATU, SONIPRIM, etc.) tentent sans y parvenir d’apporter des solutions. L’Etat a également mis la main dans la pâte en créant, en 2018, la Banque de l’Habitat et en offrant quelque 15.000 parcelles aux fonctionnaires en plus des quelques rares logements sociaux construits dans le pays.

Toutes ces sociétés se proposent, en effet, de renverser la tendance du déficit chronique de l’offre de logement par rapport à la demande en facilitant l’accès au logement et à un cadre de vie décent.

Seulement, en dépit de tout, le logement reste aujourd’hui une grande préoccupation des Nigériens. La location se fait de plus en plus chère. Avoir un logement commode n’est plus à la portée du fonctionnaire moyen à moins d’y mettre toute sa bourse.

Aujourd’hui à Niamey la capitale, pour pouvoir vivre dans les maisons de type F3 (communément appelées deux chambres-salon) ou F4 (3 chambres-salon) dans les quartiers résidentiels est d’abord et avant tout un véritable parcours de combattant, en plus de devoir débourser au-delà de 100.000 F CFA.

Aux locataires véreux, qui changent les prix du loyer après une simple retouche de peinture, s’y mêlent des démarcheurs intrépides qui font également grimper les prix en tenant compte des positions des maisons de location.

Et même la création de la Banque de l’Habitat du Niger, avec un capital de 10 milliards de francs CFA, pour résorber la crise du logement, avec pour mission de financer la promotion immobilière, la production et l’amélioration de l’habitat social dans le pays, n’a jusque-là pas apporter grand-chose dans la réduction de la fracture entre l’offre et la demande en matière de logement.

Et pourtant, la Banque de l’Habitat du Niger a pour vocation de booster les effectifs de la classe moyenne en donnant accès à la population active à des logements décents et à des coûts relativement modérés.

Toujours est-il que le bout du tunnel semble encore lointain. L’horizon s’assombrit même du jour au lendemain au point où certains locataires choisissent de se réfugier dans les quartiers périphériques, bravant le manque d’eau et d’électricité, les moyens de transport adéquats ou même l’insécurité.

Peut-être que la mise en œuvre effective du Fonds National de l’Habitat créé il y a quelques années permettra de sonner le glas d’une situation inconfortable particulièrement pour les fonctionnaires moyens.

Avec ANP

A propos iciniger

Journal en ligne d'informations générales sur le Niger Contact :Site web | Facebook | Twitter | Plus d'articles

9 Commentaires le Crise du logement au Niger : à quand le bout du tunnel ?

  1. Vraiment cette situation est tres catestropique, depuis des années passées l’État n’as pas revoir cette crise de logement précisément à Niamey

  2. rakiahima2 rakiahima2 // 01/07/2021 á 23:22 // Répondre

    L’état a carrément désisté ce terrain,la banque de l’habitat ne porte que le nom.
    Il a fait habité qui?
    Les logements sociaux sont où ?
    Location vente sociale est où ?
    Combien coûte le mètre carré au Niger ?
    Chacun fixe le prix d’une parcelle à sa convenance et suivant la zone.
    Beaucoup de questions en suspens.
    C’est une vraie jungle ou tous les coups sont permis,on ne se fait pas de cadeau, c’est une chasse gardée qui ne dit pas son nom, où personne ne veut lâcher prise tant qu’il y gagne leurs comptes et cela a tous les niveaux.

  3. Bonjour l’etat doit se meler dans ls affaires de location sinon les prix augmente chaque annèes de 5000fr

  4. Ahmed Ahmoudou // 02/07/2021 á 10:36 // Répondre

    C’est devenu pagaille, cette affaire de location. l’État est absent.

  5. La Banque d’habitat ne diffère en des autres banques en matière de crédit immobilier.Cette banque n’est rien que du peine perdue

  6. Marc Kossi Abdoukarim // 02/07/2021 á 11:01 // Répondre

    Le logement est un facteur primordial d’épanouissement des populations , l’État a le devoir de prendre des décisions importantes sur ce sujet .

  7. Soumana kondi // 02/07/2021 á 13:55 // Répondre

    L’état n’as jamais pensé à cette affaire même du l’immobilier apporte de l’argent il faut que tout de passe dans les normes la plus part des maisons chers sont mal construite et cela expose les locataires

  8. Ibrahim issoufou Alassane // 02/07/2021 á 14:53 // Répondre

    Dite nous quelles sont vos politique pour apporter un changement sur ce sujet en objet ???

  9. L’état doit réagir et voir le cas de c phénomène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1