Flash News

Soixantième anniversaire de la création de la “Voix du Sahel” “Radio Niger” au service du développement.

18 octobre 1958 - 18 octobre 2018

«Mon nom de baptême est «Radio Niger ». En octobre 1958 pour la première fois, les habitants de Niamey ont entendu crépiter la voix. «ici Radio Niger émettant de Niamey, sur les fréquences suivantes : en onde moyenne sur 1575 Kilohertz, en onde courte sur la bande des 60 m, soit 5020 Kilohertz »

18 OCTOBRE 1958 – 18 octobre 2018     60 ans de Radio Niger 

Création de Radio Niger

La création de Radio Niger est née de deux préoccupations :
Le 23 juin 1956, la loi cadre promulguée par la République Française pour ses colonies après sa débâcle coloniale : une défaite militaire en Indochine (Cambodge, Laos, Vietnam) l’indépendance du Maroc, de la Tunisie, la guerre de libération en Algérie, les remous et mécontentements en Afrique Francophone etc., consacre l’autonomie interne dans les quatorze (14) colonies Françaises de l’A.O.F., de l’A.E.F. et Madagascar.
Auparavant, «créée pour les besoins de la Deuxième Guerre mondiale, Radio Dakar disposait d’infrastructures peu performantes et d’un statut peu cohérent. Toutefois, à partir de 1946, des mesures allaient être initiées en faveur de l’information radiophonique. Cette «première » en matière de radiodiffusion poussa les autorités à créer en 1952, à Saint-Louis, alors chef-lieu du territoire du Sénégal et de Mauritanie, un service d’information et un centre de radiodiffusion,… ».
La mise en place de La Société de Radiodiffusion de la France d’Outre-Mer (SORAFOM), fait suite à une préoccupation des Parlementaires et autorités gouvernementales à Paris et, aussi bien en France que dans les Colonies, l’importance de l’information allait revêtir une acuité certaine.
En 1958, l’accession des colonies Françaises à l’autonomie interne, fit naître des besoins locaux d’information, d’où, la nécessité de création de Radiodiffusion nationale au niveau de chaque nouvel Etat. Ainsi, ont été créés : Radio Niger à Niamey, Radio Soudan à Bamako, Radio Haute Volta à Ouagadougou et Radio Dahomey à Cotonou.

Les équipements de la Radio fédérale ont été répartis entre les pays, puis complétés en cas de besoin par du matériel fourni par la SORAFOM. L’antenne était tenue deux (2) heures par jour, de 20H 00′ à 22 H 00′, sauf le Dimanche, de 10 H 00′ à 22 H 00′, soit 26 heures de production en trois (3) langues (Français 90% du volume, langues nationales, Hausa et Zarma 10%).
Par ailleurs, le Niger ne disposait que d’un réseau routier éphémère. L’axe principal de pénétration coloniale (Gao, Niamey, Zinder, Tchad), la coloniale N°1, n’était bitumée que sur 15 Km (de l’aéroport de Niamey au camp militaire de Tondibia), une voie, large de 6 m.
L’aéronautique se résumait à un aéroport international avec une piste de 2500 m à Niamey et quatre (4) aérodromes secondaires à piste latéritique à Zinder, N’Guigmi, Agadez et Tahoua. Le fleuve n’était navigable que sur huit (8) mois (juillet-février) de Dollé(Nigeria) à Tillabéri. Les chutes du Labézanga empêchent la jonction à Gao. La Téléphonie par câble bifilaire n’existe que sur un seul axe, de Tillabéri à N’Guigmi sur près de 1600 Km. Tahoua, Agadez sont atteints par service Radio. Toutes les liaisons «téléphoniques »se faisaient par vacation, puisque les PTT ne pouvaient servir qu’un seul client à la fois.

Au regard des circonstances décrites ci-dessus, communiquer au Niger, relève du miracle, ce, d’autant plus qu’il était un des plus grands pays d’Afrique avec une superficie de 1.267.000 Km2 et une population d’environ 1 million d’habitants. Ainsi, nous comprenons pourquoi, dès sa création, Radio Niger joua un rôle primordial pour l’administration. Car, c’est le seul moyen qui permet une communication instantanée et à large échelle entre effectivement cette administration et son peuple, où qu’il soit et à tout moment de la journée.

Choix du site

Pour servir de Studio et de Centre Administratif, le Haut-Commissaire à l’information a mis à la disposition de Radio Niger une vieille bâtisse en banco de style colonial (ancien magasin de pomme de terre) de la Société de Prévoyance (S.P.) organisme colonial de prévention de la famine du type de l’Office des Produits Vivriers du Niger (OPVN). Ce bâtiment a une hauteur très grande, des murs de plus de un mètre (1 m) d’épaisseur, avec véranda. Il se situe à l’angle de la rue du Sahel et de la rue des Souvenirs au sud de la Direction de Surveillance du Territoire (DST) au quartier Terminus. Les transformations du bâtiment et l’implantation des équipements se sont achevées le 31 Juillet 1958.

Studio et Equipements Techniques de Radio Niger

Les premiers équipements de Radio Niger ont été réceptionnés et installés par une équipe de techniciens coopérants de la SORAFOM. Le Centre émetteur se situait à l’actuel château d’eau du Stade Municipal près du central téléphonique B, les antennes implantées dans le terrain vague en face du club de tennis du stade et de la Maison des Jeunes Diado Sékou. La mise sous tension des appareils a eu lieu le 31 Juillet 1958, mais, pour des raisons hautement politiques et sur instruction du Haut Représentant de France au Niger, Monsieur Colombani, l’installation a été déclarée inopérationnelle. Radio Niger resta muette, malgré les essais concluants avec les milles périodes (1000 Hertz ou 1 kilohertz), et les premières émissions expérimentales diffusées à la mi-septembre 1958. C’était des annonces en Français, Hausa, Zarma, invitant l’auditoire à dresser un rapport d’écoute au siège. Alors, à partir des écrits, est définie l’aire de couverture, la densité d’écoute ou la qualité de réception. Le résultat du Référendum ayant été favorable au Parti Progressiste Nigérien, section du Rassemblement Démocratique Africain (PPN / RDA) dirigépar S.E. Monsieur Diori Hamani, a permis la reprise des émissions.
Alors, notre Radiodiffusion commença à émettre comme un conte de fée :

«Mon nom de baptême est «Radio Niger ». J’ai vu le jour un 6 Octobre 1958 où, pour la première fois, les habitants de Niamey ont entendu crépiter la voix.
«ici Radio Niger émettant de Niamey, sur les fréquences suivantes : en onde moyenne sur 1575 Kilohertz, en onde courte sur la bande des 60 m, soit 5020 Kilohertz 

Cette annonce en guise d’essai passe en boucle sur les ondes de la Radio nationale, intercalée par la musique (la première diffusée sur l’antenne, celle de Zabia TITI) avec un peu d’animation en Français et en langues nationales Hausa et Zarma.

Précisons qu’à la création de Radio Niger en 1958, «celle-ci était une station de relais faisant partie d’un Réseau de Radiodiffusions de la SORAFOM, dont les Programmes étaient élaborés et réalisés à Paris, par une Agence de Programmes, d’Informations et de Documentations (APID). Le journal parlé est donc diffusé de Paris et relayé en direct par monitoring à Niamey. Il en est de même dans les autres capitales Africaines. Sur le plan local, quelques informations en Français et en langues nationales, le concert des auditeurs et d’autres petites émissions sont préparés sur bande magnétique 6,25 mm et diffusées ». Il faut à cet effet, saluer le courage de l’ensemble du personnel et des Responsables avec l’appui des autorités politiques de l’époque qui, à la différence des Radios nouvellement créées en Afrique occidentale et Equatoriale, se sont battus pour imposer les langues nationales dans le programme de Radio Niger. Ainsi, le programme a été lancé sur les ondes le 6 Octobre 1958, avec pour émission élaborée, la légende Zarma de Bakari Dia interprétée par Mouley Seynou, enregistrée à Ayorou et de la musique Baboulé enregistrée par Jean Rouch. Mais, les émissions proprement dites de Radio Niger n’ont véritablement démarréque le 18 Octobre 1958, juste le temps de former une équipe minimum de Techniciens et Collaborateurs Nigériens et de constituer un stock de démarrage d’animations et de musiques locales.
Le 1er Directeur de Radio Niger, M. Pierre Noël affectéde la Radio Garoua (Cameroun), apporta des bandes de musique dont celle de Zabia TITI, une cantatrice Camerounaise. C’est après que furent enregistrées les musiques et chansons nigériennes, telles que celles de Baboulé, Habsatou Gabdalizé, Maazou Dan Allolo, etc.

Construction de la première maison de radiodiffusion

C’est dans ce cadre de coopération qu’en Septembre 1959, une nouvelle maison de la Radio a été construite et équipée par la SORAFOM sur un site des Centres de Réception BCTR des PTT (actuel emplacement de la Direction Générale de l’ORTN). Messieurs Henri Dapiedad et Rencillac mettaient sous tension la première console à six (6) voies SAF type B, commutable sur 2 Studios. Radio Niger faisait acquisition de son premier magnétophone entièrement électronique sur pile : le NAGRA III.

Création de l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Niger (ORTN)

En Janvier 1967, l’OCORA se désengage de la gestion directe des Radiodiffusions Africaines et les rétrocède aux Etats. Pour s’y adapter, le Niger opta pour sa Radio un statut d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). D’où, l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Niger (ORTN) voit le jour le 11 Février 1967. Nous le devons à l’acharnement du Président du Conseil d’Administration de l’époque, S.E. Monsieur Boubou Hama, Président de l’Assemblée Nationale du Niger et Monsieur Diop Moussa, Conseiller du Président de la République en matière de Radiodiffusion.
En sa qualité d’EPIC, l’ORTN jouit d’une large autonomie de gestion budgétaire propre, d’une liberté de mouvement et de décision. Le Ministère de l’Information assure la tutelle technique, celui des Finances, la tutelle financière. En outre, l’ORTN peut faire des recettes propres ou recevoir directement des aides extérieures (de l’OCORA, D’Ambassades, de Radios étrangères : BBC, NHK-Japon, Radio Hilversum Hollande, Kol-lsrael, Deutsch Welle-RFA etc.) en fongibles ou matériels techniques.

Dénomination de la Voix du Sahel et Projet de modernisation de la radiodiffusion
Radio Niger changea alors de dénomination et prend le sigle de la Voix du Sahel le 7 mai 1974.
Sollicité de toute part, la Voix du Sahel modifia son programme quotidien tout en maintenant globalement ses 116 heures d’émissions par semaine, augmentant le volume des productions nationales avec la multiplication des Stations Régionales, les émissions de sensibilisation à la cadence d’un régime militaire qui veut remettre les Nigériens au travail. Cela ne pouvait se réaliser qu’en supprimant une majeure partie des programmes de coopération radiophonique étrangère (émissions BBC, DEUTCHE WELLE, Radio HILVERSUM, RFI etc).

IciNiger avec Archives ORTN 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1