Flash News

Raz le bol des organisations féminines de N’Guigmi lié à l’insécurité dans la région

Déclaration des organisations féminines de N’Guigmi

Nous, organisations féminines de N’guigmi élargies aux parents des victimes, réunis ce jour, Dimanche 23 juillet 2017, en vue d’examiner l’évolution de la situation suite à la tuerie barbare de 9 jeunes et l’enlèvement de 39 femmes et enfants par Boko Haram à N’Galewa le 2 juillet 2017.

Faisons la déclaration suivante :

 

Au nom de toutes les mères meurtries de la région de Diffa en général et celles de N’guigmi en particulier, je voudrais vous adresser au nom de toutes les femmes présentes ici, toute notre gratitude pour votre forte mobilisation à l’occasion de cette journée citoyenne qui vise à demander le retour dans leur foyer des 39 femmes et enfants enlevés par la secte satanique bokoharam lors de l’attaque barbare dans la nuit du 2 au 3 juillet 2017 dans le village de N’galéwa.

En effet, ce sont 33 femmes (mariées et jeunes filles) et 6 garçons qui ont été enlevés dont 35 ont l’âge compris entre 9 mois et 18 ans y compris 3 élèves au collège. Ce sont 21 ménages qui sont concernés par cette prise d’otages. Il est légitime de nous demander pourquoi l’enlèvement de 39 personnes passe sous silence alors qu’une chèvre volée est activement recherchée ?

Trois (3) semaines après cet acte crapuleux, colère et indignation sont les sentiments qui nous animent devant le faible niveau d’engagement des autorités en vue de leur libération.

En effet, mis à part la timide tentative de poursuite observée dans la nuit, juste après les événements, la participation à l’enterrement des victimes et un communiqué laconique du gouvernement relatif aux événements, aucune action notoire n’a été posée par nos autorités. Cela constitue une grande déception pour les parents de ces victimes.
Pire encore, la gestion récente du camp des déplacés de Kabléwa suite à l’attaque de 2 femmes kamikazes nous effraie tous.

Quant à l’armée et l’immense pouvoir dont elle dispose actuellement, les populations ne peuvent comprendre que ces terroristes s’organisent et se réorganisent pour attaquer continuellement. On arrive à la conclusion selon laquelle : des gens qui opèrent souvent à pieds ou à dos de chameaux ne sont jamais rattrapés ou même repérés et continuent leur sale besogne.

Devant tous ces constats, nous parents des victimes présents ici devant vous sollicitons de la part du gouvernement plus d’engagement et de professionnalisme dans :
– Le retour dans nos foyers des personnes enlevées ;
– Une meilleure sécurisation de nos villages et sites.

Chers concitoyens et concitoyennes soyons tous unis pour la paix !

Je vous remercie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1