Flash News

Niger : La majorité présidentielle répond aux manifestants anti Loi de finances


Les partis membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN, majorité au pouvoir), ont rendu publique, ce mercredi, une déclaration en guise de réponse aux partis de l’opposition et aux organisations de la Société civile, en mouvement depuis plusieurs semaines contre la Loi de Finance 2018.

Pour ces derniers, en effet, toute l’agitation de l’opposition politique et de la société civile procède juste de leur volonté de déstabiliser le régime et de remettre en cause les institutions issues des élections de l’année 2016.
Dans cette déclaration, la majorité politique a tenté de démonter, point par point, les arguments avancées par ces dernières pour rejeter la Loi de Finance 2018, qui selon elle n’est que la mise en œuvre d’une directive de l’UEMOA de 1998, que seule le Niger n’avait pas encore appliquée.
En mettant en œuvre cette Directive, le pays ne fait que se mettre en règle vis-à-vis de ses autres partenaires devait rappeler la MRN qui estime que le jeu de l’opposition et de la société civile, ne vise ni plus ni moins qu’à remettre en cause le principe même de l’impôt.
L’impôt qui, selon elle, constitue l’expression de la souveraineté de même, « aucune perspective de développement d’un pays ne se conçoit sans une politique fiscale appropriée ».
Pour ce qui est de l’argument selon lequel des cadeaux fiscaux seraient accordés par le gouvernement à des sociétés multinationales, tout en accentuant la pression sur les citoyens les plus pauvres, la MRN estime que cela relève tout simplement de la mauvaise foi.
Pour elle, si le gouvernement a renoncé sur la Taxe sur le transit international entrant (TATIE), c’est parce qu’elle s’est avérée plus nuisibles qu’utile du moment où, depuis son institution, « les impôts prélevées sur ces sociétés connaissent une baisse tendancielle croissantes et les investissements dans les infrastructures de ces entreprises, ont été bloqués, aggravant ainsi le retard du Niger par rapport aux autres pays de l’UEMOA en matière de couverture de téléphonie cellulaire ».
Pour la MRN, la suppression de la TATI va très bientôt induire une réduction du coût des appels entrant et l’élargissement de la couverture va permettre l’accès au téléphone de toutes les zones du territoire qui en sont privées.
Mieux, l’accroissement de cette assiette devrait selon elle accroitre les recettes de ces sociétés et donc, les recettes de l’Etat.
La MRN lance un appel à tous ses militants et sympathisants pour qu’ils restent toujours mobilisés en vue soutenir de façon massive, le Président de la République et le gouvernement.

IciNiger avec APA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-98924462-1