Flash News

Mobilisation au cœur de Paris pour la Journée mondiale de lutte contre le paludisme

Paris a accueilli le jeudi 25 avril 2019 la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Le thème de cette édition, « Zéro palu ! Je m’engage », rappelle l’importance de l’engagement de chacun pour mettre fin à l’une des maladies les plus anciennes et les plus mortelles de toute l’histoire de l’humanité.

 

Depuis 2000, les efforts déployés à l’échelle mondiale ont permis de sauver 7 millions de vies et d’éviter plus d’un milliard de cas de paludisme. Néanmoins, cette maladie évitable continue de tuer un enfant toutes les deux minutes et de menacer plus de la moitié de la population mondiale.

A cette occasion, Paris organise une série d’événements visant à mobiliser les décideurs, le secteur privé, la communauté scientifique et le grand public. De nombreuses personnalités seront présentes ce 25 avril à l’Hôtel de Ville de Paris pour soutenir la mobilisation qui s’avère plus que jamais nécessaire cette année avec une échéance cruciale en octobre. Cette journée marque aussi le coup d’envoi d’initiatives mondiales de première importance en vue de venir à bout de cette maladie.

Une journée de mobilisation au cœur de Paris

Au programme de cette journée : des activités culturelles, sportives et artistiques sur le thème du paludisme sur la Place de l’Hôtel de Ville, notamment :

– Une œuvre d’art sur le thème du paludisme à découvrir au cœur de Paris signée par l’artiste graffiti Cyril Kongo qui a créé l’affiche officielle de l’édition 2019
– Un tournoi de football « Palufoot » avec la participation de personnalités du monde sportif
– Des activités ludiques éducatives pour les enfants sur le thème du paludisme
– Des artistes de renom, notamment Oxmo Puccino et Ben L’Oncle Soul, se produiront sur la scène de la Place de l’Hôtel de Ville

En parallèle, une conférence de haut-niveau se tiendra également à l’Hôtel de Ville de Paris pour débattre des avancées et des enjeux de la lutte contre le paludisme avec la participation des Premières Dames du Niger et d’Haïti, des Maires de Niamey et de Freetown, et d’autres personnalités de marque.

Anne Hidalgo, Maire de la ville de Paris : « La Ville de Paris est fière d’accueillir cette année la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Avec plus de 6 millions d’euros dédiés chaque année, Paris se place en tête des collectivités contributrices à l’aide publique au développement, particulièrement dans le domaine de la santé et de la lutte contre les grandes pandémies et de l’assainissement. Je souhaite que cette journée permette de sensibiliser l’ensemble des Parisiennes et des Parisiens à l’importance de cet engagement, qui traduit la solidarité de Paris. Elle constitue la première étape d’une coopération que j’espère féconde avec les villes francophones membres de l’Association Internationale des Maires Francophones, dont j’ai l’honneur d’assurer la présidence. »

L’association internationale des Maires francophones a ainsi souhaité marquer son engagement en adoptant la Déclaration « Zéro Palu ! Les Maires francophones s’engagent. » : « En tant que Maires, nous avons un rôle important à jouer dans le contrôle et l’élimination du paludisme en milieu urbain, qui – avec d’autres maladies à transmission vectorielle – peut être exacerbé par un manque d’accès à un assainissement de qualité, des logements et infrastructures insalubres et un accès limité à des services de santé de qualité. »

Coup d’envoi d’initiatives à travers le monde

Cette journée marque le point de départ d’initiatives capitales à travers le monde pour lutter contre le paludisme.

– Un vaccin de 1ère génération antipaludique : trois pays africains, à savoir le Ghana, le Kenya et le Malawi piloteront le vaccin de première génération antipaludique appelé RTS, S / AS01 (RTS, S) qui sera proposé à environ 360 000 enfants chaque année dans des zones sélectionnées par les trois pays.
– 2 milliards de moustiquaires : L’objectif de 2 milliards de moustiquaires distribuées depuis 2000 est sur le point d’être atteint. Toutefois, la moitié des familles vivant dans des pays à risque en Afrique dort encore sans moustiquaire.
– Annonce du lancement des campagnes nationales « Zéro Palu ! Je m’engage » et des Conseils nationaux pour en finir avec le paludisme dans plusieurs pays d’Afrique, y compris au Ghana et au Sierra Leone.

Aujourd’hui est également lancé officiellement le réseau Civil Society for Malaria Elimination (CS4ME), qui réunit les organisations de la société civile et les communautés affectées par le paludisme ou exposées à un risque de paludisme.

D’autres manifestations auront lieu dans le monde entier afin de mobiliser les autorités locales et les communautés, notamment à Bangkok lors de la Semaine sur le paludisme en Asie-Pacifique et à Londres, où sera célébré le premier anniversaire de l’engagement les dirigeants du Commonwealth à réduire de moitié les cas de paludisme d’ici 2023.

« Zéro Palu ! Je m’engage » : un appel à se remobiliser

Alors que les cas de paludisme sont en hausse pour la première fois depuis 10 ans, cette journée vient souligner l’importance de l’engagement de la France et des pays francophones dans la lutte contre le paludisme. 5 des 11 pays les plus touchés par le paludisme dans le monde sont en effet des pays francophones d’Afrique, à savoir le Burkina Faso, le Cameroun, le Mali, le Niger et la République Démocratique du Congo, et plus de 300 millions de personnes vivent sous la menace du paludisme dans les pays francophones.

De nombreux progrès restent à faire, comme le souligne le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé : « Le monde a fait des progrès incroyables dans la lutte contre le paludisme, mais nous sommes encore trop loin de notre objectif d’un monde sans paludisme. Les dégâts infligés vont au-delà des pertes en vies humaines : le paludisme pèse lourdement sur les systèmes de santé, en sapant la productivité et en érodant la croissance économique. Investir dans la couverture maladie universelle est le meilleur moyen de s’assurer que toutes les communautés ont accès aux services dont elles ont besoin pour combattre le paludisme – et toute autre maladie »

2019, une année capitale

Cette journée mondiale précède la 6ème conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme qui aura lieu à Lyon le 10 octobre prochain. L’objectif de cette conférence est d’obtenir des engagements représentant au moins 14 milliards de dollars de financement. Le plein financement du Fonds mondial est essentiel pour assurer les progrès, sauver 16 millions de vies supplémentaires et éviter 234 millions d’infections au SIDA, à la tuberculose et au paludisme d’ici à 2030.

Peter Sands, Directeur exécutif du Fond mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme : « La lutte contre le paludisme a été une extraordinaire réussite, mais cette maladie est un formidable adversaire que nous ne pourrons éliminer qu’en nous attelant à la tâche avec opiniâtreté. Nous devons augmenter les moyens et renforcer l’engagement politique. Nous devons aussi investir dans de nouveaux outils et des innovations pour combattre la résistance aux insecticides et aux médicaments, faute de quoi nous assisterons à une résurgence de la maladie qui entraînera dans son sillage davantage de cas et de décès. »

Comme le rappelle le Dr Abdourahmane Diallo, Directeur général du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, cette année est cruciale dans la lutte contre le paludisme : « Nous devons veiller à ce que le Fonds mondial obtienne les fonds nécessaires pour continuer à sauver des millions de vies grâce à des actions de prévention et de traitement du paludisme et à un meilleur accès à des interventions innovantes. On ne saurait trop insister sur l’importance du Fonds mondial qui représente près de 60 % des fonds consacrés à la lutte antipaludique à l’échelle mondiale. J’appelle chacun à être responsable dans la lutte en déclarant ‘Zéro palu ! Je m’engage’ ».

A noter que la France, acteur majeur de la santé mondiale, est le deuxième donateur du Fonds mondial et premier bailleur d’Unitaid, engagé à rendre accessibles des solutions novatrices pour mieux prévenir, traiter et diagnostiquer le paludisme.

Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme

Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme est la plus grande plate-forme mondiale de coordination de l’action contre le paludisme. Fondé en 1998 sous le nom de Partenariat Roll Back Malaria (RBM), il mobilise des ressources, engage les partenaires à l’action et dégage un consensus entre eux. Le Partenariat rassemble plus de 500 partenaires, dont des pays impaludés, leurs partenaires bilatéraux et multilatéraux de développement, des acteurs du secteur privé, des organisations non gouvernementales, des organisations communautaires, des fondations, des instituts de recherche et des établissements d’enseignement supérieur. endmalaria.org

Contact presse :

Grayling France

Gaëlle Guse – Gaelle.guse@grayling.com

01 55 30 70 90 / 06 52 95 41 20

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1