Flash News

Le Ministre Assoumana Mallam Issa, conteste les deux faux procès prêtés au Gouvernement du Niger : négligence du système éducatif et violence et autoritarisme.

Le gouvernement entend préserver l’autorité de l’Etat, le pays n’est pas un Etat anarchique

Le ministre de la Renaissance culturelle, porte-parole du Gouvernement du Niger, Assoumana Mallam Issa

En réaction à la crise scolaire suite aux événements du 10 avril 2017, le Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale, Porte-parole du Gouvernement, Mr Assoumana Mallam Issa était l’invité du journal télévisé de 20H30 de Télé Sahel du jeudi 13 avril 2017, pour apporter quelques éclaircissements.

Le Ministre Assoumana, a commencé à présenter les condoléances du Gouvernement à la famille du défunt étudiant Bagalé, décédé lors de la manifestation.
Rentrant dans le vif du sujet, le Ministre a déploré que la manifestation du 10 avril n’a pas fait l’objet ni d’un préavis, ni d’une plateforme revendicative encore moins d’une autorisation des autorités administratives. Cela est inadmissible dans un Etat de droit a-t-il martelé.

Le ministre Assoumana a noté qu’à l’issue de ces manifestations le gouvernement du Niger a fait l’objet de deux faux procès qui sont :

  1. Négligence vis-à-vis de la situation scolaire d’une façon générale et du système éducatif de façon particulière
  2. Violence et autoritarisme dans le cadre de l’encadrement de cette manifestation.

Pour ce qui est du premier grief reproché sur la négligence du système éducatif le ministre, a dit que jamais dans l’histoire du Niger autant d’efforts, autant d’investissements, autant de réalisations  physiques n’ont été faits pour ce secteur. Rien que dans le cadre de l’enseignement supérieur de 2011 à 2016 c’est 244 milliards de FCFA qui sont investis comparé en 2010 où l’ensemble des investissements pour l’enseignement supérieur s’élevait à 22 milliards contre 41 milliards en 2015. Le ministre a expliqué que pour l’aspect fournitures dans le secondaire, c’est pratiquement la gratuité à tous les élèves avec 5 millions et démis de cahiers distribués cette année. Les bourses et les allocations qui font l’objet du plus grand intérêt des scolaires, c’est 20 milliards de bourses, aides sociales et allocations qui sont déboursés par l’Etat.  C’est autant d’efforts faits par le gouvernement qui justifient que c’est un faux procès à la négligence du système éducatif.

Parlant du deuxième faux procès relatif à la violence et à l’autoritarisme le ministre Assoumana a affirmé qu’il est important de relever que tous les moyens utilisés par les forces de l’ordre dans le cadre de l’encadrement de cette manifestation sont des moyens conventionnels. “Mais nous avons constaté une utilisation abusive d’images violentes, désolantes souvent même issues des guerres qui se déroulent  dans d’autres pays ou des accidentés qui n’ont rien à voir avec la manifestation. Ces images sont utilisées pour choquer la population, et on ne sait pas à quel dessein. Cela est inadmissible. Revenons à la raison car nous ne souhaitons pas que le Niger plonger dans la désolation comme dans d’autres pays.” a 

En terminant le Ministre porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que le gouvernement entend préserver l’autorité de l’Etat, le pays n’est pas un Etat anarchique et “nous allons prendre toutes les dispositions pour que l’année académique ne soit pas blanche.” 

© IciNiger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1