Flash News

Le come-back au Niger de Hama Amadou ponctué des interrogations.

Le chef de file de l’opposition nigérienne Hama Amadou est rentré au pays après trois (3) ans d’exil et ce malgré le mandat d’arrêt dont il fait l’objet.

Arrivé jeudi 14 novembre 2019 en début de soirée, Hama Amadou, le farouche opposant au président Issoufou  Mahamadou n’a pas été inquiété en dépit de ses ennuis judiciaires et du mandat d’arrêt dont il faut l’objet. Pour rappel Hama Amadou a été condamné à un (1) an de prison ferme pour complicité de supposition d’enfants dans un trafic international de bébés. Au bout de deux mois de prison dont l’état de santé s’était dégradé, il a dû être évacué  en France pour des soins alors qu’il devait battre campagne pour la présidentielle de 2016 dont il était candidat. Depuis, Hama Amadou est resté en exil trainant ses valises à travers des voyages entre l’hexagone, certains pays d’Europe et d’Afrique, mais jamais au Niger au risque de retourner en prison ou d’être tué comme il l’a laissé souvent entendre dans ses sorties médiatiques.

Un deuil à observer 

Officiellement, rien n’a filtré sur les conditions de son retour qui  n’a  pas fait de bruit comme on aurait pût s’attendre. Hama Amadou, selon certaines sources est venu faire le deuil de sa mère décédée en octobre dernier. D’ailleurs après avoir foulé le sol de l’aéroport international Diori  Hamani de Niamey, il s’est directement rendu au cimetière musulman de Yantala pour se recueillir sur la tombe de sa mère en compagnie de certains de ses fidèles lieutenants. Le chef de file de l’opposition s’est ensuite rendu à son domicile où l’attendait une foule de militants qui a eu vent de son retour via les réseaux sociaux.

Un retour avec des interrogations 

Mais qu’elles sont les contours de ce retour ? S’interrogent les nigériens. A ce sujet, les spéculations vont bon train. Pour certains, c’est le fruit d’une médiation de la communauté internationale et de certaines institutions parties prenantes et témoins du dialogue politique et inclusif entamé dans la perspective des élections générales de 2021. Pour certaines folles rumeurs, il y aurait  eu un accord secret entre l’opposant et le président Issoufou  Mahamadou  qui souhaite finir son second et dernier mandat dans la quiétude en se consacrant à la question sécuritaire avec l’implication de tous les fils et toutes les filles du pays et en organisant des élections libres, honnêtes et transparentes. Hama Amadou, aurait dit-on accepter d’apporter sa contribution à cette œuvre sans verser dans la politique politicienne. D’autres sources avancent l’hypothèse selon laquelle, Hama Amadou aurait négocié son retour pour faire le deuil de sa mère et qu’il se rendrait lui-même à la justice  pour purger les huit (8) mois de prison qu’il  lui reste à faire quitte à être gracié par le Président de la République.

Quel avenir politique 

Au-delà de toutes ces spéculations, la question que se posent les observateurs, c’est de savoir quel sera l’avenir politique de Hama Amadou. Pourra t-il se présenter aux prochaines présidentielles dont il est le candidat investi par les deux ailes de son parti, le MODEN FA LUMANA ? Est-ce qu’il pourra d’ailleurs recoller le parti divisé ? Autant d’interrogations dans l’esprit du commun des nigériens. S’agissant d’ailleurs des élections, sa condamnation étant définitive, Hama Amadou est inéligible de part l’article huit (8) du code électoral adopté par l’Assemblée Nationale que rejette l’opposition. Une préoccupation qui se trouve sur la table des négociations au sein du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP). En attendant la réponse à toutes ces interrogations, c’est la ferveur au domicile de l’opposant qui ne désemplit pas de monde depuis son retour. Un retour qui semble sceller la paix car outre ses partisans, Hama  Amadou reçoit des visites des personnalités et hommes politiques de tous bords. C’est ainsi qu’on vu défiler, le ministre de l’intérieur  et candidat du PNDS TARAYYA , le parti au pouvoir Bazoum  Mohamed , le ministre de la renaissance culturelle, Assoumana Malam Issa du même parti et aussi le Haut Représentant du président de la république, président du MNSD NASSARA, Seini Oumarou et le ministre Albadé Abouba Président du parti MPR Jamhuria.

IciNiger (Mahamadou Abdoulkarim)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1