Flash News

En avant pour une révolution démocratique au Niger

Photo archives mai 2016

Pourquoi une révolution démocratique au Niger ?

Une révolution démocratique vient de naître au Niger, elle est portée par le Cadre d’Action pour la Démocratie et les Droits de l’homme CADDRH, a pour slogan « Une génération, un combat » ; avant pour la révolution démocratique », il s’agit d’une rupture générationnelle au regard des échecs des différents régimes qui se sont succédés aux destinés du pays. Dans la déclaration de lancement, il a été question de faire la genèse de la démocratie nigérienne.

Après  plus d’un quart de siècle de démocratie, l’écrasante majorité des nigériens végète encore dans le dénuement, la misère et le désespoir  total. Au lieu de s’inspirer des  modèles de développement qui ont  réussi  en Afrique, presque tous les dirigeants qui se sont relayés au pouvoir ont  continué  avec  les mêmes  pratiques, les mêmes  politiques stériles. Ceux qui ont eu le privilège de diriger ont été incapables d’ambition et de clairvoyance pour sortir le peuple de la misère. Ils ont  perpétué  les  pratiques  qu’ils avaient eux-mêmes dénoncées à un moment de l’histoire. Au Niger, faire la politique est  devenu  un raccourci  pour s’enrichir, s’embourgeoiser, détourner,  placer les membres de  sa famille, gruger  et narguer  le  peuple et ce au nom de la démocratie. Le comble  est que  l’institution  judiciaire  n’est plus impartiale et est instrumentalisée par l’exécutif.

La démocratie est inexistante au sein des formations politiques, le mot « alternance » a disparu du vocabulaire de ces politiciens issus de la Conférence nationale qui règnent comme maitre absolu dans les partis politiques

Au regard de l’immensité des richesses du pays qui ne sert plus le peuple, la révolution prône une gouvernance axée sur  les aspirations  du peuple.

58 ans après  la proclamation de  l’indépendance, seulement  une infime  partie  des nigériens  mangent  plus d’une fois par  jour ; des nigériens  meurent faute de soins et de médicaments ; le système  éducatif est abandonné ; les fonctionnaires sont  clochardisés ; le chômage gagne de plus en plus de terrain, la République  ne sert plus le grand nombre, la délinquance économique et sociale est entretenue et érigée en système de gouvernance. Les différents régimes qui se sont alternés  ont utilisé les leviers de l’Etat à des fins  personnelles. Ceux qui  se  sont fait passer jadis pour des portes flambeaux de la lente marche du  pays vers la  démocratie  sont aujourd’hui méconnaissables, devenus subitement  des autocrates. 

Les révolutionnaires en appellent à une mobilisation de l’ensemble des nigériens pour un changement radical.

« Cette Révolution Démocratique consacre une rupture radicale d’avec  les pratiques  anciennes  caractérisées  par  un jeu de ping-pong malsain, à travers lequel  toute la classe politique née de la Conférence nationale a hypothéqué  l’avenir du pays et a troqué la souveraineté nationale.   

C’est une étape importante qui vient d’être franchi, parce que convaincus que c’est en affrontant la réalité, en menant le combat  ensembles que le Niger de demain sera construit. Un Niger où la République sert  le peuple, où la justice sociale  est garantie, où le peuple est maître de son destin. Un Niger   avec  des  politiciens intègres ; pas comme ceux  d’aujourd’hui, qui, quand ils sont au pouvoir, ils pillent, vandalisent et déshonorent  la nation. Pendant que ceux de  l’opposition se mettent en  embuscade  en attendant  leur  tour  pour  perpétuer  les  mêmes pratiques.  

Le Niger, pays riche de sa diversité culturelle, riche de sa civilisation, riche de sa jeunesse ; une  jeunesse à qui revient la lourde responsabilité  de sortir le pays de ce cercle vicieux  de mauvaise gestion et d’alliances contre nature. Malgré  40 ans d’exploitation de  l’uranium, et  5 ans de production  de  pétrole, le pays est à la traîne des nations du monde. Cet échec est imputable à  ces  hommes,  car  ce  n’est pas ce peuple dynamique et vaillant  qui a échoué, m²ais cette meute de politicards pourfendeurs de l’Etat  de  droit… Oui c’est eux  qui ont   échoué. Alors il faut donner au Niger et  aux Nigériens  des  perspectives  nouvelles »

En attendant la publication du manifeste de la révolution démocratique, le CADDRH intensifie ses actions dans la sensibilisation pour que les nigériens s’approprient de cette dynamique démocratique.
IMAM


 

DÉCLARATION DU CADRE D’ACTIONS POUR LA DÉMOCRATIE ET LES DROITS DE L’HOMME (CADDRH) MOUVEMENT POUR LA RÉVOLUTION DÉMOCRATIQUE AU NIGER

Camarades,
Après  plus d’un quart de siècle de démocratie, l’écrasante majorité des Nigériens végète encore dans le dénuement, la misère et le désespoir  total. Au lieu de s’inspirer des  modèles de développement qui ont  réussi  en Afrique,     presque tous les dirigeants qui se sont relayés au pouvoir ont  continué  avec  les mêmes  pratiques,  les mêmes  politiques stériles.

Ceux qui ont eu le privilège de diriger ont été incapables d’ambition et de clairvoyance pour sortir le peuple de la misère. Ils ont  perpétué  les  pratiques  qu’ils avaient eux-mêmes dénoncées à un moment de l’histoire. Au Niger, faire la politique est  devenu  un raccourci  pour s’enrichir, s’embourgeoiser, détourner,  placer les membres de  sa famille, gruger  et narguer  le  peuple et ce au nom de la démocratie. Le comble  est que  l’institution  judiciaire  n’est plus impartiale et est instrumentalisée par l’exécutif.

Camarades
58 ans après  la proclamation de  l’indépendance, seulement  une infime  partie  de nos compatriotes  mangent  plus d’une fois par  jour ;   des Nigériens  meurent faute de soins et de médicaments ; le système  éducatif est abandonné ; les fonctionnaires sont  clochardisés ; le chômage gagne de plus en plus de terrain,  la République  ne sert plus le grand nombre, la délinquance économique et sociale est entretenue et érigée en système de gouvernance. Les différents régimes qui se sont alternés  ont utilisé les leviers de l’Etat à des fins  personnelles. Ceux qui  se  sont fait passer jadis pour des portes flambeaux de la lente marche de notre pays vers la  démocratie  sont aujourd’hui méconnaissables, devenus subitement  des autocrates.

Camarades
Malgré  l’immensité des  ressources  naturelles du sous-sol Nigérien, malgré une population dynamique, au Niger on meurt encore de faim ; on meurt de maladies  moyenâgeuses. Doit-on croiser les bras et regarder faire ? Doit-on  seulement  s’indigner  et  observer ?

 NON, absolument  NON !!!

C’est pourquoi, le cadre d’actions pour la démocratie et les droits de l’homme  (caddrh) qui regroupe en son sein des Nigériens déçus de la gouvernance, déçus  par la classe politique d’hier et  d’aujourd’hui, engage la Révolution Démocratique à travers le  Mouvement pour la Révolution Démocratique au Niger. Cette Révolution Démocratique consacre une rupture radicale d’avec  les pratiques  anciennes  caractérisées  par  un jeu de Ping pong malsain, à travers lequel  toute la classe politique née de la Conférence Nationale a hypothéqué  l’avenir du pays et a troqué la souveraineté nationale.

Camarades,
C’est une étape importante que nous venons  de  franchir, parce que, nous sommes convaincus que c’est en affrontant la réalité, en menant le combat tous ensembles que nous pourrons  construire le Niger de demain. Un Niger où la République sert  le peuple, où la justice sociale  est garantie, où le peuple est maître de son destin. Un Niger   avec  des  politiciens intègres ; pas comme ceux que nous avons aujourd’hui, qui, quand ils sont au pouvoir, ils pillent, vandalisent et déshonorent  la nation. Pendant que ceux de  l’opposition se mettent en  embuscade  en attendant  leur  tour  pour  perpétuer  les  mêmes pratiques.

Camarades,
Notre pays est riche de sa diversité culturelle, riche de sa civilisation, riche de sa jeunesse ; cette  jeunesse à qui revient la lourde responsabilité  de sortir le pays de ce cercle vicieux  de mauvaise gestion et d’alliances contre nature. Malgré  40 ans d’exploitation de  l’uranium, et  5 ans de production  de  pétrole, notre pays est à la traîne des nations du monde. Cet échec est imputable à  ces  hommes,  car  ce  n’est pas ce peuple dynamique et vaillant  qui a échoué, mais cette meute de politicards pourfendeurs de l’Etat  de  droit… Oui c’est eux  qui ont   échoué. Alors  mobilisons-nous pour  donner au Niger et  aux Nigériens  des  perspectives  nouvelles ; lançons un appel pressant à tous les citoyens qui aspirent à la justice sociale, à l’équité et à un Niger nouveau, de nous rejoindre afin qu’ensemble nous construisons un Niger meilleur.

VIVE LE NIGER,
VIVE LE CADDRH,
EN AVANT POUR  LA REVOLUTION DE DEMOCRQTIQUE,
LE NIGER UN POINT C’EST TOUT.
Fait à Niamey le 02 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1