Flash News

Djibrilla Baré s’inquiète sur la sécurité des citoyens dans la ville de Niamey lors des déplacements du Chef de l’État du Niger

Lettre ouverte citoyenne de Djibrilla Baré sur la sécurité des citoyens dans la ville de Niamey lors des déplacements du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou. 

– Président de la République du Niger
– Président en Exercice de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO,
– Président de la Commission Climat pour la région du Sahel, Président du Comité de Haut Niveau pour la Sécurité Alimentaire de l’UEMOA,
– Président du développement industriel avec l’ONUDI, Champion de la ZLECAf, Champion de la vaccination avec l’institution GAVI,

Monsieur Président de la République,
J’ai l’honneur de vous solliciter à nouveau pour vous exprimer l’inquiétude partagée par l’ensemble de vos compatriotes quant à leur sécurité, lors du passage du cortège présidentiel.
Ma démarche a encore une fois pour fondement, le message de l’éminent Albert Einstein qui a dit que « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent et laissent faire ».

C’est pourquoi, j’ai estimé que vous n’avez pas le droit d’ignorer que le dernier évènement en date qui a eu pour théâtre le ministère des finances, ce mercredi 11 septembre, lors du passage de votre cortège autour de 11 heures locales, a suscité un grand émoi dans la population, et a définitivement conforté les citoyens qu’ils ne sont plus du tout en sécurité à chacun de vos déplacements dans la ville.
Une lauréate récente au BTS, option Communication d’Entreprises, la nommée Djamilatou M., descendante de père et de mère de Sarkin Arewa Maiyaki Ba’aré Kaka, 12ème Souverain du Katarma et Chef de Canton de Douméga, qui s’était rendue dans ce ministère a reçu une balle à l’avant bras droit. Pourtant elle se tenait à la porte du bâtiment principal situé dans l’enceinte dudit ministère, sur consigne des agents en faction.

En l’absence d’une enquête publiée, la parfaite coïncidence de cet incident avec le passage de votre cortège a convaincu la plupart des citoyens que le tir proviendrait de votre garde personnelle. Si tel n’est pas le cas, alors les services chargés de votre sécurité doivent communiquer afin de rassurer vos compatriotes, pris de panique depuis ce mercredi. Pourquoi une telle fébrilité de votre garde alors même que vous avez été plébiscité à plus de 92% par votre peuple lors des dernières élections ?
Surtout que cet autre “accident malheureux” intervient à la veille de la tenue du Sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la sécurité dans notre zone, prévu à Ouagadoudou. Qu’est-ce à dire ?

M. le Président,
Vous le savez, Le Coran, le Livre Saint que nous partageons, rappelle aux hommes qu’ALLAH (SWT) est Le Seul détenteur du pouvoir en leur prescrivant la sourate : « Dis : « O Allah, Maître de l’autorité absolue, Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent ». [Sourate 3, Verset 26] ».
C’est pourquoi je vous implore de ne point craindre votre peuple, auquel vous êtes tenu d’assurer la sécurité conformément à votre serment coranique. La mort, comme l’a dit le Sage Amadou Hampâthé BA, “est un habit que tout un chacun portera un jour. Nous avons peur de vos cortèges.

Veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de ma déférence.
Djibrilla Mainassara Baré
Citoyen Nigérien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1