Flash News

Diffa : rejet de modification du couvre-feu par le comité de veille.

Déclaration du comité de veille de Diffa contre la modification du couvre-feu. 

Le comité de veille citoyenne de la région de diffa réuni ce jour dimanche 14 Avril 2019 en vue d’analyser la situation sécuritaire et humanitaire qui prévaut dans la région de diffa rend la déclaration dont la teneur suit :

Depuis un peu plus de quatre (4) ans, la région de Diffa vit dans une situation sécuritaire et humanitaire sans précédent. Les mesures de l’état d’urgence instauré depuis le 10 février 2015 dans le but de contenir l’insécurité n’ont pas fourni les résultats escomptés. En effet, ces mesures de restrictions découlant de l’état d’urgence notamment le couvre-feu nocturne, les déplacements des personnes dans certaines zones, l’interdiction de l’accès aux intrants agricoles n’ont pas permis de juguler la crise sécuritaire et humanitaire car pendant que aux heures de couvre feu les paisibles citoyens s’enferment dans les maisons, les bandits et les BH ont quartiers libres pour circuler et opérer où ils veulent, comme ils veulent et quand ils veulent. Pis, ces mesures de restrictions ont contribué à l’effritement du tissu socioéconomique et encore pire à accentuer la vulnérabilité des ménages de la région de Diffa ;

Rappelons que les deniers événements nés des attaques terroristes de N’gagam et Alaï Mainari qui ont engendré un déplacement massif de la population des dites localités vers Diffa. Environ 18 000 personnes sont venues s’installer dans la ville de Diffa ou à proximité. Cette situation a révélé au grand jour la mauvaise gestion de cette question sécuritaire. Et la dernière attaque en date du 09 avril 2019 dans la ville de Diffa qui a visé le Groupement de la Gendarmerie de Diffa a conduit le Gouverneur de la région de Diffa a prendre un arrêté portant modification des horaires de couvre-feu ;

Nous rappelons au gouverneur que rien ne peut justifier cette modification des horaires car les couvre-feux n’ont jamais empêché à BOKO Haram d’agir. Pour preuve Chétima-Wango a été attaqué à 18h, Gueskerou à 17h, Toumour à 2H du matin, N’Nguigmi vers 23H… Et des enlèvements sont faits chaque nuit que Dieu fait ces derniers jours. Donc cela prouve à suffisance que le couvre feu ne dissuade pas BH. Mais plutôt le couvre feu contribue à confiner les paisibles citoyens et détruire la petite économie telle que les bouchers, les restaurants, les tabliers, les taximan…. Mais aussi limite les alertes et les dénonciations des suspects que les populations peuvent faire ;

Nous voyons en cet arrêté du gouverneur une volonté manifeste de soumettre la population de Diffa dans la psychose et la torture morale ;

Enfin, nous rappelons à l’opinion nationale et internationale qu’un mémorandum a été remis aux autorités régionale mais aucune suite n’a été réservée à ce mémorandum.

Eu égard à tout ce qui précède, le Comité de veille citoyen :

Dénonce la mauvaise gestion des déplacés de Gagam et Alaï Mainari par les autorités et les humanitaires ;

Fustige le silence inquiétant du Président de la République (PR) face à cette descente aux enfers que subit la région de Diffa jadis Havre de paix ;

Exige un minimum vital dans la région de diffa ;

Appelle aux autorités et aux FDS de cesser de stigmatiser certaines communautés de la région de diffa et de considérer toutes les personnes vivant à Diffa comme complice de BH ;

Demande au Gouverneur de la région de reconsidérer son arrêté portant modification des horaires de couvre-feu, procéder à la levée pure et simple des mesures de l’état d’urgence et procéder à l’identification, au recensement et l’évacuation des refugiés qui sont dans la région de diffa en vue de les déplacer sur un site à 50 km de la frontière.

Fait à Diffa, le 14 avril 2019

Le Comité de veille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1