Flash News

Arbre du Ténéré : histoire et mythe du célèbre acacia du désert nigérien.

Photo Flora Urbana

L’Arbre du Ténéré était un acacia solitaire, un Acacia raddiana ou un Acacia tortilis, qui fut à une époque considéré comme l’arbre le plus isolé de la Terre.

Situé approximativement à 17°45′N, 10°04′E, à 235 km au nord-est de la ville d’Agadez, au Niger, il faisait office de repère pour les routes des caravanes qui traversaient le désert du Ténéré au nord-est du Niger. Il fut renversé par un camion en 1973.

Il s’agit du seul arbre à avoir jamais été représenté sur une carte au 1/4 000 000e.

L’arbre du Ténéré était en fait le dernier survivant d’une forêt d’acacias qui avait poussé dans le coin à une époque où les conditions climatiques du désert étaient plus propices à la végétation. Alors que tous ses congénères avaient disparu depuis des décennies, cet acacia vieux de plus de 300 ans gardait, comme par magie, ses racines solidement plantées dans le sol.

La légende en fit l’arbre le plus isolé de la Terre, prétendant qu’aucun autre arbre ne se situait à moins de 400 km. On a depuis prouvé que c’est faux : l’oasis de Timia ne se trouve ainsi, par exemple, qu’à 150 km de l’Arbre du Ténéré.

Quoiqu’il en soit, l’arbre du Ténéré était devenu célèbre dans le monde entier pour les voyageurs du désert, symbole respecté et visité régulièrement. Il faisait notamment office de repère pour les routes des caravanes qui traversaient le désert du Niger.

L’acacia était le dernier survivant d’un groupe d’arbres qui avait poussé dans le désert à une époque de moindre aridité. Pendant l’hiver 1938-1939, un puits est foré à côté de l’arbre par des militaires français pour faciliter le transit des convois militaires dans la région. Il est alors découvert que ses racines atteignent la nappe phréatique, située plus de 30 mètres en dessous de la surface.

Malheureusement, l’histoire de l’arbre du Ténéré s’achève tragiquement un soir de novembre 1973, quand un camionneur libyen, sans doute saoul, renverse ce miracle de la nature. Aussi fort et robuste soit-il, l’acacia ne survivra pas au choc. Le 8 novembre 1973, l’arbre mort fut transporté au musée national du Niger, à Niamey.

L’arbre au Musée National de Niamey (Photo Samuel GAZE)

Sur place, il fut remplacé par une sculpture métallique, là pour commémorer l’acacia du Ténéré, et rappeler aux badauds qu’ici même s’est dressé pendant des siècles, l’un des arbres les plus isolés, et les plus aimés de la planète.

Photo M.S (Sahara du Niger)

Source : Encyclopédie Wikipedia et Doc Seven

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1