Flash News

À Diffa le Président Issoufou Mahamadou s’est adressé aux FDS

Officiers, sous-officiers, militaires du rang, aviateurs, gendarmes, gardes nationaux et agents de sécurité de la place de Diffa.

Aujourd’hui, je me suis fait le devoir de venir personnellement à cette place d’Armes de la zone de Défense N°5 pour m’adresser à vous directement. Vous qui êtes physiquement engagés sur le terrain pour combattre jusqu’à l’éradication totale du groupe terroriste Boko Haram.
Dans ce combat, Diffa constitue aujourd’hui une plaque tournante, un HUB stratégique de nos forces en ce qu’elle abrite, en plus de l’Etat-major de la zone 5, celui du Secteur N°4 et l’Etat-major Tactique de la Force Mixte Multinationale(FMM), illustration parfaite de la mutualisation des moyens des pays riverains du lac Tchad avec l’appui des pays amis et des partenaires stratégiques.

Déjà en 2014, faut-il le rappeler, suite à la prise de contrôle de plusieurs villes des Etats de Borno et de Yobé au Nigéria dont celles frontalières de Damassak et Mallanfatori, la région de Diffa a commencé à sentir les prémices des menaces de ces forces du mal depuis Mainé Soroa jusqu’à Bosso en passant par Chétima Wangou, Gueskerou, Lamana, Abadan, Ngagam, Toumour pour ne citer que ces localités.
Au niveau national, nous avons mis en place l’opération N’GAA(bouclier) par anticipation face à la menace grandissante le long de notre frontière. Mais cette mesure s’est avérée insuffisante suite aux attaques simultanées d’envergure de la ville de Diffa et la position verrou de Bosso le 6 février 2015.

En réaction à cette agression insupportable, le Niger et le Tchad ont monté l’opération MAI DUNAMA, opération qui a infligé des revers sans précédents aux assaillants, contraignant les rescapés de cette riposte expéditive à abandonner les villes de Damassak et Mallanfatori reconquises et occupées par nos forces jusqu’au 15 juillet 2015 date de leur retrait avant le retour de la rivière Komadugu Yobé.
Depuis l’activation de la FMM le 8 septembre 2015, Boko Haram a, de façon récurrente, été significativement affaibli par les succès que vous avez brillamment réussi à enregistrer au cours des différentes opérations.
Vous qui êtes engagés en première ligne dans ce combat, je tiens à vous exprimer de vive voix, toute ma satisfaction et toutes mes félicitations pour ce que vous faites sur le terrain.

Je tiens aussi à louer votre professionnalisme et votre combativité.
Comme nos forces le font vous le faites dans d’autres d’opérations, ici aussi à Diffa vous menez le combat avec discernement en épargnant et en protégeant les populations civiles dans le respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.
Dans cette guerre de braves membres des FDS sont tombés sur le champ d’honneur avec bravoure et dignité. Des victimes civiles ont été également enregistrées. Nous prions Allah le Tout Puissant pour qu’il les accueille dans son paradis éternel.

L’ennemi a aussi enregistré de lourdes pertes depuis 2015 : environ 1400 de ses éléments ont été neutralisés sans compter d’importants moyens et équipements récupérés ou détruits. D’ailleurs ce chiffre est largement en deçà de la réalité. Comme vous le savez bien, les terroristes abandonnent rarement leurs morts sur le terrain sauf sous contraintes de force majeure. Ce chiffre de 1400 environ ne reflète donc pas la réalité et le bilan infligé à Boko Haram doit être plus important. Du reste, la dernière attaque de nos positions, celle de Bilabrim est la parfaite illustration de cette réalité. En effet, au cours de cette attaque nous avons certes perdu douze (12) de nos vaillants combattants alors que les assaillants, bien que n’ayant laissé aucun corps sur place ont, de sources sûres, transporté vingt et neuf (29) corps à bord des véhicules pour les enterrer à destination sur les berges du lac Tchad.
Mais Boko Haram mène guerre déloyale, une guerre asymétrique, une guerre d’esquive, une guerre de retardement, une guerre d’usure, ce qui explique sa résilience.
Cette guerre tend donc à s’inscrire malheureusement dans la durée mais, croyez-moi, le terrorisme n’a pas d’avenir, le terrorisme sera vaincu. Il sera vaincu car la cause qu’il défend n’a aucune noblesse ni porteuse d’aucune valeur morale. Il sera vaincu car sa cause n’a rien à voir avec l’islam qui est, comme on le sait, une religion de paix, une religion de juste milieu. Il sera vaincu car ses animateurs sont devenus de vulgaires bandits de grands chemins vivant de rapines et autres prises d’otages.

Les terroristes Boko Haram sont sans avenir parce que sans idéal. Depuis la création de la secte Boko Haram en début des années 2000, d’allégeance en allégeance, d’abord avec les Talibans, ensuite avec l’Etat islamique, puis d’alliances et autres pactes contre-nature avec d’autres groupes terroristes, toujours en quête d’un hypothétique idéal, les divisions se multiplient en son sein, développant ainsi les germes de sa propre destruction.
Cette secte sera vaincue car notre cause est noble. Cette secte sera vaincue car nous poursuivons notre montée en puissance. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour ce faire. Il continuera à créer toutes les conditions pour vous permettre de mener à bien votre mission de protection de l’intégrité de notre territoire ainsi que celle des personnes et des biens.
Pour l’heure, je vous exhorte à plus de vigilance, à plus de collaboration avec toutes les Autorités administratives, coutumières et religieuses, les populations dans leur ensemble, les humanitaires, les pays amis et partenaires stratégiques qui nous accompagnent. Si nous agissons tous unis en synergie, les terroristes de Boko Haram n’ont aucune chance de l’emporter, surtout que nous avons le soutien de toute la communauté internationale. Gardez toujours à l’esprit que celui qui a la population de son côté a gagné la guerre à 50%. Gardez aussi à l’esprit qu’il ne faut jamais sous-estimer l’ennemi aussi petit soit-il.

Je vous demande de mettre beaucoup plus d’accent sur le renseignement, la mobilité, les actions offensives pour garder à tout instant l’initiative et l’ascendant sur l’ennemi.
Pour finir, à la mémoire de tous nos braves membres des FDS tombés sur les champs d’honneur, je vous demande d’observer une(01) minute de silence.
Je vous remercie.
10 Novembre, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




UA-98924462-1